Plan de localisation

Normandie Innovation Santé : Data et objets connectés

Normandie Innovation Santé
Normandie Innovation Santé : transformer un enjeu de reconstruction du bâti (CHU) en source d'innovation, en matière d'aménagement du territoire, de développement de services innovants, de nouvelles entreprises, avec un impact sur la formation, la recherche et le parcours santé.

Head Normandie Innovation SantéInventer NISAcculturer NISAdapater NIS

Plus de trente partenaires sont fédérés autour de 3 axes visant à expérimenter une nouvelle politique territoriale de santé. Dans ce but, le recours à des méthodes innovantes (co-création, living lab) place l'usager au cœur de la transformation du territoire et pose les bases d'un changement de comportement de tous les acteurs concernés par la chaîne de valeur de la santé, qui représente à la fois un enjeu sociétal majeur pour la France mais aussi pour l'Europe entière.

Pour chacun des axes retenus, les partenaires du projet ont travaillé ensemble afin de proposer une série d'actions novatrices. Ils ont su structurer autour d'investissements nouveaux et majeurs , comme la reconstruction du Chu de caen, de nouveaux projets avec des effets de levier complémentaires sur l'ensemble de l'écosystème, notamment en termes d'attractivité, d'emplois et de nouveaux services, mais aussi plus de cohésion sociale.

Dans 10 ans, nous envisageons de positionner notre territoire comme le leader français dans le domaine de l'e-santé au service du parcours des patients, mais aussi dans le but de répondre aux enjeux de la désertification médicale, de la médecine ambulatoire, de l'économie de la santé, de la télémédecine et du développement de la prévention.

                                                                                              

Plus d'informations sur le projet Normandie Innovation Santé : Laure Lehaut, chargée de mission filière Santé Caen la mer

   TÉMOIGNAGES


ELITT

Elitt est sur le territoire de Caen la mer depuis 10 ans, et ce n'est pas par hasard, « c'est un territoire historique sur le sujet de la transaction électronique sécurisée », dit son directeur Jean-Pierre Dubord. L'écosystème local déjà réputé pour sa maîtrise des données bancaires (paiement sans contact notamment) a tous les atouts pour se différencier sur la gestion des données de santé. Il rappelle que « nous retrouvons beaucoup de ressemblances entre les données bancaires et de santé. D'abord elles ont toutes deux des données personnelles qui sont régulées au niveau national par des organismes comme la CNIL ou l'ANSSI mais aussi par des autorités métier qui certifient les solutions en faisant appel à des entreprises comme ELITT et PayCert du Groupe CB. Enfin, les architectures techniques sont similaires : réseaux, serveurs...». Ce parallèle constitue une véritable opportunité pour que Caen la mer soit pionnier de la confiance numérique dans la santé.

Elitt Santé et Data

LE DÔME

« La santé de demain se construira avec les citoyens ». Le ton est donné par Bruno Dosseur, directeur du Dôme, espace collaboratif d'innovation ouvert à tous les publics. Près de 50 000 personnes par an passent par ce lieu, une manne pour développer une nouvelle approche de l'innovation. « Avec le living lab, on change le rapport au sujet scientifique. On le rend accessible, concret, réel. Chaque citoyen apporte sa contribution à un chercheur ou industriel. Il y a une grande richesse dans l'expérience et la posture du citoyen. ». Pas de domination dans les contributions, le docteur a autant son mot à dire que le chercheur, l'expert digital ou le citoyen. « Ce procédé trouve un écho très fort sur Caen La Mer, avec une proportion d'étudiant élevée, un écosystème numérique développé et un CHU en cours de reconstruction qui ouvre le champ des possibles. » conclut Bruno Dosseur.

Living Lab

BODYCAP

Sébastien Moussay, Directeur de BODYCAP compte bien faire évoluer le modèle financier de la santé. « Aujourd'hui nos objets connectés ne sont pas pris en charge par les mutuelles alors qu'ils pourraient permettre de belles économies à ces dernières. » révèle-t-il. Il s'agit de changer de logiciel pour tout le monde : ranger certains appareils de monitoring classiques pour les hôpitaux et intégrer des objets connectés pilotés par des tablettes ou smartphones. « Prenons l'exemple d'une personne qui souffre de fièvres inexpliquées, l'hôpital va la garder une nuit avec tous les frais que cela engendre au lieu d'utiliser un de nos objets géré en autonomie par le patient chez lui. » Sébastien apprécie le tissu local au maillage très fin : « que ce soit l'écoute de l'ARS, l'impulsion du pôle TES ou encore les échanges avec les CHU de CAEN et le centre François BACLESSE, nous avons la chance d'être implanté sur Caen la mer ».

Bodycap